À Venise, Barthe me montre les plafonds décorés.

Il m’encourage à les regarder, à travers les fenêtres ouvertes des palais.