Devant les temples de Kyoto, Barthélemy me dit « Regarde! » Et dans les jardins zen, il  récidive.

« Regarde comme c’est sublime », il déclame quand il me fait visiter.

« Regarde », c’est sa ritournelle avec moi.