Les matins, à Tokyo, j’attends que Barthe et son fils quittent la maison. Puis, je me réveille toute seule dans cette grande résidence japonaise, légère comme un origami.