Parfois, Barthe m’attend au club. Il a fui le boulot et éteint son téléphone. Il est assis, dans la salle des machines de musculation, sur le banc matelassé, avec dossier, de l’appareil qui fait travailler les bras et il lit Le Monde, entre deux exercices.